header
 
 


Troubles
separateur
separateur
separateur
separateur
separateur
separateur
Et aussi...
separateur
separateur
separateur
separateur

 
 





Ce programme de 4 CDs regroupe de nombreuses ressources de sophrologie, relaxation, hypnose ericksonienne et programmation neuro-linguistique consacrées au traitement de la boulimie. De nombreux aspects de la problématique sont traités.
Une approche complète, naturelle et efficace pour se libérer de la boulimie. En savoir plus

Perdre du poids de manière stable et durable

A l'écart des approches de régime draconiens ou des démarches hyper-psychologiques, l'hypnose ericksonienne s'impose comme une solution réelle et complête aux problèmes de poids ou de dépendances alimentaires. Ce CD présente un panorama des techniques actuelles d'hypnose, sophrologie et programmation neuro linguistique utilisées pour la perte de poids et les troubles alimentaires du type boulimie et hyperphagie. Pour un résultat efficace, pour des changements naturels et durables. En savoir plus
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
rDE 20 à 50% de remise sur 85 produits

r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r

Ce programme de 4 CDs regroupe de nombreuses ressources de sophrologie, relaxation, hypnose ericksonienne et programmation neuro-linguistique consacrées au traitement de la boulimie. De nombreux aspects de la problématique sont traités.
Une approche complète, naturelle et efficace pour se libérer de la boulimie. En savoir plus

Perdre du poids de manière stable et durable

A l'écart des approches de régime draconiens ou des démarches hyper-psychologiques, l'hypnose ericksonienne s'impose comme une solution réelle et complête aux problèmes de poids ou de dépendances alimentaires. Ce CD présente un panorama des techniques actuelles d'hypnose, sophrologie et programmation neuro linguistique utilisées pour la perte de poids et les troubles alimentaires du type boulimie et hyperphagie. Pour un résultat efficace, pour des changements naturels et durables. En savoir plus
rr
r
r
r
r
r
r
r
r



r
r
r
r
r
r
r
r
r
r

Notre sélection pour les professionnels :
 
Ouvrage qui propose modèles et axes thérapeutiques pertinents.
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r

r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r

Ce programme de 4 CDs regroupe de nombreuses ressources de sophrologie, relaxation, hypnose ericksonienne et programmation neuro-linguistique consacrées au traitement de la boulimie. De nombreux aspects de la problématique sont traités.
Une approche complète, naturelle et efficace pour se libérer de la boulimie. En savoir plus

Perdre du poids de manière stable et durable

A l'écart des approches de régime draconiens ou des démarches hyper-psychologiques, l'hypnose ericksonienne s'impose comme une solution réelle et complête aux problèmes de poids ou de dépendances alimentaires. Ce CD présente un panorama des techniques actuelles d'hypnose, sophrologie et programmation neuro linguistique utilisées pour la perte de poids et les troubles alimentaires du type boulimie et hyperphagie. Pour un résultat efficace, pour des changements naturels et durables. En savoir plus
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r

r
r
r
r
r
r
r
r
r

r
Notre sélection pour les professionnels :
 
Ouvrage qui propose modèles et axes thérapeutiques pertinents.

r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r
r

r
r
r
r
r
r
r
r

r
r
r
r
r
r
r
r
Ce programme de 4 CDs regroupe de nombreuses ressources de sophrologie, relaxation, hypnose ericksonienne et programmation neuro-linguistique consacrées au traitement de la boulimie. De nombreux aspects de la problématique sont traités.
Une approche complète, naturelle et efficace pour se libérer de la boulimie. En savoir plus

Perdre du poids de manière stable et durable

A l'écart des approches de régime draconiens ou des démarches hyper-psychologiques, l'hypnose ericksonienne s'impose comme une solution réelle et complête aux problèmes de poids ou de dépendances alimentaires. Ce CD présente un panorama des techniques actuelles d'hypnose, sophrologie et programmation neuro linguistique utilisées pour la perte de poids et les troubles alimentaires du type boulimie et hyperphagie. Pour un résultat efficace, pour des changements naturels et durables. En savoir plus
r
r
r
r
r
r
r

En terminer avec la boulimie
Promotion de 20% réservée à ce site

Ce coffret de 4 CDs mis au point par l'auteur de ce site regroupe de nombreuses ressources de sophrologie, relaxation, hypnose ericksonienne et programmation neuro-linguistique consacrées au traitement de la boulimie et de l'hyperphagie. version téléchargement immédiat à présent disponible. En savoir plus

DE 20 à 50% de remise sur 85 produits
Cliquez ICI


PAR L'AUTEUR DE CE SITE : FORMATION THERAPIE BREVE DES TROUBLES DU COMPORTEMENT ALIMENTAIRE - A partir du 23 mai 2014, à Caen

NOUVEAU à Caen : Programme complet Perdre du poids de manière stable et durable par l'auteur de ce site, spécialiste des troubles du comportement alimentaire (programme complet comprenant 3 ateliers de groupe, 2 consultations individuelles, documents audio et écrits pour accompagner la démarche). En savoir plus


Placer ce site dans vos favoris

Surpoids / Obésité

Par J. Boutillier
- Thérapeute et coach Enseignant en coaching, thérapies brèves, hypnose ericksonienne et PNL 
à l'Institut Normand de Coaching et de Thérapies Brèves
- Auteur de Perdre du poids et de En terminer avec la boulimie

 

PAR L'AUTEUR DE CE SITE : FORMATION THERAPIE BREVE DES TROUBLES DU COMPORTEMENT ALIMENTAIRE - A partir du 14 juin 2013, à Caen



Les normes médicales

En préambule, voici un tableau qui présente des considérations générales sur le rapport poids-taille, venant entre autre relativiser certaines exigences et autres stéréotypes fréquents :

Haut de page


Réflexion et chiffres
w La situation aujourd’hui en France est à peu près la même qu’aux Etats-Unis en 1985.
w Le pourcentage des personnes en surpoids est de 40%, celui des personnes souffrant d’obésité de 10%.
w 18% de surpoids chez l’enfant  et 3% d’obésité
w Toutes les tranches d’age sont concernées par cette augmentation.
w Ces différents chiffres font employer le terme d’ «épidémie mondiale » à l’Organisation Mondiale pour la Santé (1,7 milliard de personnes en 2003)
w 60% des décès sont dus à des maladies chroniques qui présentent un lien avec l’obésité.
w Les chiffres sont plus importants dans le sud que dans le nord.
 
A noter que l’obésité modérée ne pose pas nécessairement de problèmes de santé. La santé est à prendre en considération en cas :
w de problèmes de santé directement directement mis en relation avec le surpoids (diabète, problèmes cardiaque, problèmes artériels, difficultés respiratoires, problème aux grosses articulations ou à la colonne vertébrale) .
w d’examens biologiques anormaux directement mis en relation avec le surpoids : glycémie, cholestérol, acide urique ou tension artérielle trop élevée. 
L’expérience montre que de nombreuses personnes se situant entre poids normal et obésité modérée, c’est-à-dire dans la normale médicale, prennent un risque essentiel : mettre en place un régime inadapté, sombrer dans le phénomène yoyo pour terminer… en surpoids. De nombreuses personnes en surpoids ont commencé leur soucis alimentaires par un « petit régime pour perdre 3 ou 4 kilos ».
D’après l’Enquête nationale ObEpi 2003
 

Obésité et causes

w Facteurs génétiques et héréditaires : les gênes ne font pas prendre du poids mais facilitent une prédisposition. Le poids d'une personne est liée à 80% à ses parents naturels. le patrimoine génétique concerne différents facteurs qui interviennent dans la prise de poids (ou non) : métabolisme, capacité à fabriquer des graisses et à les stocker, seuil de satiété, appétit... Mais présenter une prédisposition ne veut pas dire que la minceur est objectif illusoire. Il s'agit simplement d'adapter son alimentation à son patrimoine.

w Facteurs environnementaux : le contexte, familial, social, intimement lié à la génétique intervient de manière conséquente dans l'obésité. Autant par l'exemple d'une alimentation inadaptée que par la démarche inverse : restriction cognitive, hypervigilance voire régime imposés par un environnement sensibilisé au problème, qui provoquera à moyen terme l'effet inverse et la prise de poids (contrôle - perte de contrôle). 

w Problèmes de santé : traitements médicamenteux, maladies endocriniennes peuvent être à l'origine d'une prise depoids.

w Troubles alimentaires : au moins la moitié des obésités sont la résultante de troubles alimentaires, hyperphagiques (boulimie sans stratégies compensatoires).

Haut de page


Obésité et conséquences

w Maladies du cœur : une personne souffrant d’obésité présente 6 fois plus de risque d’un problème cardiaque.

w Hypertension artérielle : l’hypertension artérielle est plus fréquente chez les personnes obèses. 

w Taux élevé de cholestérol dans le sang : taux qui prédispose à un problème cardiaque ou une pathologie des vaisseaux sanguins.

w Diabète de type 2 : une personne souffrant d’obésité a 10 fois plus de risque de développer un diabète de type 2 (aux Etats-Unis, le dibète de type 2 est la troisième cause de décès.

w L’apnée du sommeil : l’apnée du sommeil est fréquente chez des personnes souffrant d’obésité. Cela peut entrainer fatigue, baisse de l’attention mais aussi des soucis cardiaques.

w Insuffisance respiratoire : toute activité demandant plus d’oxygène, la gêne respiratoire peut être importante, altérant l’activité du sujet.

w Maladie de la vésicule biliaire : la maladie de la vésicule biliaire est plus fréquente chez les personnes obèses, en partie en raison des multiples régimes.

w Incontinence à l'effort : comme dans certaines grossesses, l’abdomen volumineux peut entraîner une incontinence occasionnelle (en toussant, éternuant, riant…)

w Usure prématurée de la colonne vertébrale : arthrite, hernie, sciatique peuvent être une conséquence de l’obésité.

w Usure de certaines articulations : usure au niveau des hanches, genoux, chevilles et des pieds qui doivent supporter la plus grande partie du poids du corps. 

w Stase veineuse : le poids peut provoquer œdème et fragilisation de la peau dans les veines de la jambe
 
 

Haut de page


Motivations à perdre du poids

Voici quelques exemples de motivations officielles et conscientes

w La santé
Les statistiques médicales décrivent l’obésité massive comme dangereuse. La santé constitue donc une motivation légitime et utile à la perte de poids. Ceci est par contre vrai, s’il s’agit d’une perte de poids définitive. Car une alternance répétitive de perte/prise de poids nuit généralement plus à la santé qu’une obésité stable.

w La forme physique, le bien-être
Perdre du poids participe effectivement à la santé physique et au bien-être. C’est également une motivation importante, étant entendu que la forme physique dépend entre autres également de la tonicité musculaire  et que le bien-être est en fait un phénomène mutli-factoriel.

w Améliorer son image auprès des autres
Il s’agit d’une motivation fréquente est fondée là encore. Mais perdre du poids ne suffit pas nécessairement devenir beau, séduisant ou attirant. D’autres évolutions (autant musculaires que psychologiques) sont nécessaires.

w Améliorer l’image et l’estime de soi
Poids et mésestime de soi sont souvent mis en relation. Une perte de poids peut effectivement apporter un sentiment ou une période de réassurance, une augmentation hélas souvent temporaire de la confiance en soi.  Mais la seule perte de poids constitue un miroir aux alouettes. Une évolution psychologique parallèle est nécessaire pour un résultat durable.
Ces quelques exemples de motivation sont fondés et peuvent constituer des objectifs. Mais, comme le démontrent l’importance et la quantité des problèmes de poids, ils ne se suffisent que rarement à eux-mêmes. L’approche psychologique de la perte de poids trouve là son utilité et son importance : elle permet d’établir les fondements d’un changement adapté, écologique (respectant l’équilibre de l’individu) et durable.
 
Quelques exemples de motivations officieuses et souvent inconscientes :

w Le régime anxiolitique : faire un régime, c’est contrôler. Quand un sujet perd le contrôle dans différents registres de sa vie. Le régime permet de réintroduire l’idée de contrôle : dans tout ce chaos, je contrôle enfin quelque chose (mon alimentation et mon poids). Mais ceci constitue ce qu’on appelle illusion de contrôle (l’anorexie peut d’ailleurs dans certains cas constituer le paroxysme de ce phénomène).

w Le régime anti-dépresseur : le régime peut tout à fait constituer une occasion de se montrer qu’on est capable de quelque chose, d’avoir un objectif et de l’atteindre. La personne qui se considère comme une incapable trouve une occasion de se sentir compétente. Un régime peut constituer également une opportunité de s’occuper, de tromper ennui ou inertie.
Ainsi, anxiété ou déprime, de nombreuses personnes font un régime… quand elles se sentent mal. Ce qui ne laisse guère présager d’espoir quand à la  réussite du régime ou à l’amélioration du bien-être psychologique.
 
Haut de page


Un exemple de cercle vicieux

Des phénomènes cognitifs viennent installer le sujet dans différents cercles vicieux, venant accentuer encore la difficulté.

Les postulats, schémas et croyances en matière de perte de poids et de régime sont nombreux. Parmi eux, la restriction cognitive, phénomène social et courant, consiste à se nourrir en fonction de règles plus ou moins exigeantes … On ne mange plus en fonction de ses goûts ou de ses besoins mais de ce qu’il faut manger selon telle ou telle théorie ou tel ou tel régime. Ce qui peut sembler étonnant quand on constate l’inefficacité de ces régimes et donc de ces principes et règles. Ces théories sont essentiellement construites sur la base d’interdictions et d’obligations.

En plus d’être inefficace, ce phénomène entraîne des effets pervers :
 

w Manger n’est plus quelque chose de naturel : appétit, satiété, régulation naturelle des besoins physiologiques, besoins caloriques… son niés. Des compétences naturelles se perdent et la confiance qu’on peut leur porter également.
 
w L’idée de contrôle alimentaire se met en place. Et chaque étude psychologique est là pour nous montrer que plus il y a de contrôle, pus il y aura… perte de contrôle.

w Interdit et obligation constituent deux notions parmi les plus insupportables pour tout être humain. Tôt ou tard, il y aura violation de l’interdit.

w Le régime introduit un contrôle conscient sur ce qui en grande majorité inconscient. Or l’inconscient n’a pas du tout le même fonctionnement. L’inconscient n’intègre pas par exemple les négations du type « ne pas », qui sont des abstractions de langage. Ainsi si une personne se tient un discours d’interdiction du type : « Je ne vais pas manger de chocolat »,  inconsciemment, le message qui passe est « Je vais manger du chocolat ». Tout interdit de ce type renforce et l’envie, et la dépendance à l’insu de la personne.

w Comme toute manifestation anxieuse, on aboutit à un paradoxe : « si je tolère qu’un événement E se produise, il ne se produit pas ». Ainsi, « si je tolère de prendre du poids, je ne prends pas de poids » et à l’inverse « si je ne tolère pas de grossir, je grossis ».
Le régime provoque donc une montée de l’envie, un excès de contrôle et... une perte de contrôle inévitable.  En vertu des règles imposées, l’écart est de plus mal vécu car il n’apporte pas satisfaction (perte de sensation, frustration, culpabilité…) : cercle vicieux qui nécessite un réconfort le plus souvent… alimentaire.
 
Par J. Boutillier
- Thérapeute et coach Enseignant en coaching, thérapies brèves, hypnose ericksonienne et PNL 
à l'Institut Normand de Coaching et de Thérapies Brèves
- Auteur de Perdre du poids et de En terminer avec la boulimie
  

Haut de page


Causes des débordements alimentaires

  Les causes des débordements alimentaires sont de deux ordres :
 

  w Physiologiques : fringale, hypoglycémie 
  w Psychologiques : restriction alimentaire, hyper-contrôle, utilisations diverses de la nourriture pour faire face à des difficultés d’ordre psychologique. L'abord psychologique de la perte de poids va donc se pencher sur ces aspects.

 


Perdre du poids… après des régimes

Les phénomènes cognitifs décrits plus hauts font donc du régime et des préceptes sociaux au sujet de l’alimentation des éléments participants à la prise de poids. Commençant il y a quelques années des thérapies portant sur la perte de poids, je m’attendais plus ou moins à des objectifs extravagants. J’ai été surpris de constater qu’un projet fréquent est de ce type : « Je voudrai simplement faire le poids que je faisais avant mon premier régime »

Ceci induit qu’une démarche de perte de poids comporte souvent une forme de déprogrammation : déprogrammation des schémas, croyances acquis par le sujet au cours de sa vie (schémas familiaux, parentaux, sociaux…) et au cours de ces régimes (divers plans caloriques, règles variées et diverses voire opposées).

 
 


Régimes, croyances et restriction

Plutôt que de causes, on peut parler de trouble multifactoriel. Quelques éléments pouvant participer à la construction d'un problème de surpoids ou d'obésité : 

è Régimes : dans un trouble qui alterne contrôle-perte de contrôle, il n’est pas rare de trouver un surpoids (ou évalué comme tel). Après un régime pour quelques kilos jugés de trop, apparition des crises de boulimie. Si un ou plusieurs membres de la famille ont éprouvé eux-mêmes des problèmes de poids, l’atmosphère cognitive (hypervigilance, restrictions, croyances erronées sur les régimes…) déjà en place favorise et développe le phénomène. En tant que thérapeute, j’ai d’ailleurs souvent été surpris, travaillant avec des personnes en surpoids, lorsqu’ils me présentent leur objectif. Il n’est en général pas illusoire ou irréel. La demande la plus fréquente est « Je voudrais retrouver le poids que je faisais avant mon premier régime ». On voit bien ici, que le problème identifié comme tel à posteriori, c’est … le régime. 
 

è Alimentation et croyances : les régimes fleurissent un peu partout. Tous pour produire hélas un même résultat : inefficace. Mais chose étonnante, s’ils n’apportent pas satisfaction, ils n’en laissent pas moins des traces : des stéréotypes et règles alimentaires erronées voire néfastes qui demeurent plus ou moins. Informations fausses, contradictoires cohabitent dans un système de croyance nutritionnel chaotique. Car une des spécificités de l’être humain est de croire que si quelque chose n’a pas réussi,… c’est qu’il n’en a pas assez fait. Ce que l’on nomme faire « encore plus de la même chose ». L’être humain ne remet pas en cause les règles et postulats mais sa capacité à s’y conformer.

Et pour que le dossier soit bien lourd, à la frustration s’ajoute la culpabilité. Les publicités pour les régimes accentuent ce phénomène, employant des starlettes sous contrat, qui viennent démontrer l’efficacité de la méthode. On ne montre d’ailleurs pas ces égéries 10 ans après, légèrement plus engoncées dans leurs robes de soirée aux Césars et on ne connaît pas au moment de leur splendeur sylphide les stratégies employées (liposuccion, purges, vomissements, hyperactivité physique… ?)  pour satisfaire au contrat.

Quelques exemples des régimes les plus pratiqués (et néanmoins complètement curieux) :

Régime n°1 : privé de glucides, non-limité en aliments riches en lipides ou en protéines. Yoyo, dangereux et non-pédagogique.

Régime n°2 : privé de matières grasses, sucres, féculents, légumes secs et des laitages. Promesse de Yoyo et dangerosité à moyen terme. Non-pédagogique.

Régime n°3 : dissocié, non-dangereux et malin car il joue sur la lassitude, qui malheureusement entraînera un retour au point de départ. Non-pédagogique et yoyo.

Régime n°4 : pauvre en glucide et trop riche en graisse. Non dangereux à court terme. Yoyo inévitable dès retour à une alimentation normale. Pédagogie folklorique.

Cet exposé aurait un fort pouvoir comique s’il ne s’agissait pas de santé physique et mentale. Les régimes pratiqués sont inefficaces et peuvent être subdivisés comme :
- Carencés
- Marqués par l’interdit
- Spartiates

Dans les trois cas, en dehors de toute considération d’ordre médical, la réaction humaine et naturelle correspondante se mettra en place :
- A la carence succède l’abondance
- A l’interdit succède la transgression
- Au régime spartiate succède le lâcher-prise

Ayant plus ou moins traversé ces différentes démarches, le sujet est en proie à un système de postulats, de croyances complètement irrationnel. L’être humain ayant besoin  de cohérence, il ne va pas remettre en cause le système mais le rationaliser, tant bien que mal, pour justifier ses actes et évoluer en fonction de ce chaos personnel.


PAR L'AUTEUR DE CE SITE : FORMATION THERAPIE BREVE DES TROUBLES DU COMPORTEMENT ALIMENTAIRE - A partir du 14 juin 2013, à Caen

Par J. Boutillier
- Thérapeute et coach Enseignant en coaching, thérapies brèves, hypnose ericksonienne et PNL 
à l'Institut Normand de Coaching et de Thérapies Brèves
- Auteur de Perdre du poids et de En terminer avec la boulimie
 


© Copyright 1996-2006 - Jérôme Boutillier - Tous droits réservés. 

Haut de page


 
Haut de page
Copyright © j.boutillier. Tous droits réservés. Design par DJI